Echourouk TV Ennahar TV
France 24 Sky News al-jazeera BBC


try another color scheme:

/ alwahatech newest threads
  !


P A ! n
  alwahatech > ~][][ ][][~ > >



Littrature franaise du XVIe sicle

Littrature franaise du XVIe sicle La littrature franaise du XVIe sicle est marque par ltablissement de la langue franaise comme une grande langue littraire et par dimportants crateurs qui fondent

 
 
06-14-2013, 09:06 PM   #1
Littrature franaise du XVIe sicle








Littrature franaise du XVIe sicle

La Littrature franaise du XVIe sicle est marque par ltablissement de la langue franaise comme une grande langue littraire et par dimportants crateurs qui fondent les principaux genres de la Littrature moderne en France avec Franois Rabelais pour la prose narrative, Pierre de Ronsard et Joachim du Bellay pour la posie, Michel de Montaigne pour la Littrature d'ides ou Robert Garnier et Étienne Jodelle pour le thtre. Elle sinscrit dans un sicle de transformations multiples et fondamentales, dans tous les domaines (croyances religieuses, dmarches intellectuelles, sciences et techniques, dcouvertes gographiques, transformations politiques) qu'expriment les termes de Renaissance , ' Humanisme et de Temps modernes .

Guillaume Bud

Le XVIe sicle est le sicle de la Renaissance, une priode daspirations nouvelles dans tous les domaines, en raction contre lasctisme, la mystique, les ides et les murs du Moyen Âge, ainsi on enseigne depuis le XIIIe sicle dans les universits europennes la rotondit de la Terre (thorie dÉratosthne). Les voyages de Vasco de Gama, Colomb ou Magellan offrent des horizons nouveaux. Cela bouleverse les reprsentations du monde, ainsi que les changes tant culturels que commerciaux, mme si la preuve de lhliocentrisme apporte par Copernic en 1543 ne sera pratiquement pas connue avant les annes 1630, et na eu aucune influence au XVIe sicle.
Article dtaill : Grandes dcouvertes.
Dans le domaine technologique, limprimerie caractres mtalliques, sur des Muses et dixime delles (Du Bellay) invente par Gutenberg, en 1453, permet lessor du livre : celui-ci va diffuser la culture antique comme les uvres modernes, et bouleverser les approches intellectuelles.
L'esprit de la Renaissance va natre dans lItalie du Quattrocento : la chute de Constantinople a fait affluer manuscrits et rudits grecs, les guerres d'Italie ont fait connatre la noblesse franaise un autre mode de vie o art et beaut ont la primaut. Pour les lettrs, lItalie est la terre du savoir antique et des Muses et lhumanisme se dveloppe durant cette priode : humanitas dsigne en latin la culture qui s'oppose lenseignement sclros des Universits mdivales. La mthode dautorit, le latin dcole, la logique formelle, la prdominance des commentaires, la scolastique, tout participe la routine de la formation intellectuelle. Une conviction nouvelle voit le jour, sinspirant la fois de lAntiquit grco-latine et des valeurs chrtiennes : la dignit de lhomme rside dans ses capacits cultiver la raison pour comprendre le monde et se comprendre. Par ailleurs lrudition commence avec des linguistes, des philologues : Guillaume Fichet, Lefvre d'Étaples, Guillaume Bud et se poursuit avec des groupes enthousiastes forms de gens de robe, de moines (Rabelais) ou dofficiers de la couronne. Du Bellay les Estienne, ou Étienne Pasquier auront cur de valoriser la langue vulgaire .
Humanisme au XVIe sicle.


Chteau de Chambord



Botticelli

Au XVIe sicle, la France se construit autour du pouvoir royal qui uvre unifier la langue franaise avec le rle dterminant jou par Franois Ier. Sa protection des savants, des crivains et des artistes lui vaudra le titre de Pre des Lettres. Linstitution de la Bibliothque Royale, la fondation en 1530 du Collge des lecteurs royaux (actuel Collge de France) permet de contrecarrer linfluence conservatrice de la Sorbonne.
Le mme esprit anime lart de la Renaissance qui sinspire de la culture italienne. Franois Ier invite les artistes italiens : Lonard de Vinci, Benvenuto Cellini, Le Primatice.Si les thmes religieux restent trs importants, ils laissent une place grandissante aux sujets profanes et civils : ainsi la sculpture de Jean Goujon est-elle un hymne la gloire du corps humain. Les Clouet crent une cole franaise du portrait. Bernard Palissy donne ses lettres de gloire la cramique. Pour la musique, on retiendra Roland de Lassus et Clment Janequin. En mme temps les chteaux sinspirent de lItalie (architecture de plaisance, matriaux, clart, lgance) et une vie de cour commence s'laborer.
Enfin les bouleversements religieux au sein de la chrtient sont fondamentaux : dans un premier temps Humanisme et Rforme ont partie lie par le retour au texte, la rflexion critique et le libre examen. Les questions thologiques seront dsormais traites en franais. Les oppositions idologiques entre catholiques et protestants conduiront des oppositions armes dans un climat de guerre civile avec des implications de politique trangre.


Massacres de la saint Barthlmy

Ainsi les guerres de religion (1562-1598) ternissent la fin du sicle en France et mettent mal loptimisme du Premier XVIe sicle , marqu des dcouvertes techniques, scientifiques et gographiques dterminantes. Laffirmation des puissances europennes et de leurs dynasties royales saccentue et lHistoire des Temps Modernes souvre dans laffrontement.
Articles dtaills : Rforme protestante et Guerres de religion (France).
Regard gnral sur la Littrature du XVIe sicleLa notion de Littrature ne prendra son sens moderne qu la fin du XVIIe sicle. Au Moyen Âge le savoir et la cration vise esthtique reprsentent un tout et cest au XVIe sicle que commence la dissociation lente entre les lettres et les sciences, quapparaissent (dans leur tat de naissance) lhistoire et la critique littraires et que les genres et les modles esthtiques se codifient. La production littraire au cours du XVIe sicle est trs varie dans ses formes comme dans ses approches thmatiques, avec l'laboration d'une langue franaise expressive et enrichie et un enthousiasme que tempre les troubles de la fin du sicle.
Loriginalit et lexpression personnelle comptent toujours moins que la tradition et limitation : linfluence de Virgile ou dHomre reste forte. Ce qui unit les auteurs de ce sicle, soient-ils rudits, professeurs, nobles, bourgeois, clercs, jongleurs ou troubadours, cest la permanence du thme du bonheur et de la beaut. Dans les uvres, le bonheur peut tre rfugi dans un lieu imaginaire, accompli grce la bienfaisance de la nature, retrouv laide dune ducation en accord avec la nature humaine Ce thme se retrouve donc partout : dans les contes et les nouvelles, dans luvre romanesque de Rabelais et les Essais de Montaigne, dans les sonnets des potes lyonnais ou des humanistes de la Pliade.
Souvent on distingue schmatiquement trois grandes tapes dans le sicle : cest tout dabord un enthousiasme pour le savoir et un optimisme qu'illustre Rabelais et qui permet de rompre avec les contraintes du Moyen Âge. La deuxime priode privilgie lart et l'imitation des auteurs italiens, romains et grecs. Le raffinement simpose sans liminer le lyrisme avec des potes comme du Bellay et Ronsard. Le dernier tiers du sicle voit un questionnement marqu par le scepticisme (Montaigne) et le tragique du temps des guerres de Religion (Robert Garnier, Étienne Jodelle) : la notion de sagesse volue, et certains potes sorientent vers ce qui deviendra le baroque franais (Maurice Scve).
Les diffrents genres
La Littrature du XVIe sicle est divise en trois courants principaux : la Littrature humaniste, la Littrature courtoise et la Littrature engage.
Contes et nouvelles
Les contes continuent la tradition mdivale en traitant des problmes de la morale, de la religion, du savoir. Ils sont pour la plupart amusants et gardent le caractre oral des fabliaux et des farces. En gnral, ils reprsentent des rcits invraisemblables. Les personnages sont choisis dans diverses couches de la socit. Sil y a des pointes satiriques, elles sont adresses aux moines et aux curs, aux gens de la justice, aux femmes bavardes et inconstantes. On peut citer dans la fibre satyrique, les uvres de Nol du Fail dont les tonnants Propos rustiques (1547) mettent en scne quatre vieux paysans voquant les murs dautrefois.
Les nouvelles sont introduites en France grce limitation de Boccace. Il sagit de rcits gnralement brefs, de construction dramatique, avec des personnages peu nombreux. Au XVIe la nouvelle franaise est lie au nom de Marguerite de Navarre (1492-1549), sur de Franois Ier. Dans son Heptamron elle peint des situations simples et contemporaines et marque le dbut de ltude psychologique en littrature. Lintrigue est toujours amoureuse, les personnages sont pris du rel.
Roman

Rabelais
Si le roman daventures continue avoir le plus de succs, cest luvre de Franois Rabelais (1483-1553), la fois homme dÉglise et mdecin, qui domine le sicle par sa truculence et son humanisme optimiste. Cette uvre porte en elle toute la complexit du genre romanesque et, ce qui est plus important, de la rflexion humaniste de lpoque. Cest le roman de Franois Rabelais (1483-1553) Gargantua et Pantagruel. Dans cinq livres publis de 1532 1564, Rabelais, nourri de ses lectures et de ses souvenirs, reprend les lgendes dune famille de gants et, travers les aventures de ses personnages Gargantua et Pantagruel, pre et fils, exprime ses ides humanistes sur le bonheur, la guerre, lÉglise, lducation, la politique dun roi, lordre social. Son ide matresse est la foi enthousiaste dans la raison et les possibilits humaines. Ses personnages principaux ont lesprit large, lme magnanime, le bon sens, lavidit du savoir, lamour de laction, la haine du fanatisme religieux et politique, la volont de chercher la vrit sans arrt. Ce sont, en effet, les traits de lHomme de la Renaissance. Lide de lhomme fidle sa nature, qui reste lui-mme, sans masque, trouve son incarnation dans le personnage de Pantagruel et sexprime aujourdhui par la notion de pantagrulisme .
Les cinq livres de Rabelais constituent une uvre continue, comportant des genres diffrents : lgendes antiques parodies, rcits piques, scnes de lamentation ou de la comdie, dialogues, enqutes. Rabelais se sert de lallgorie, du grotesque, de la caricature, de la bouffonnade, de tous les moyens traditionnels mdivaux, pour revtir le fond humaniste de son uvre. Lunit est assure par sa langue prodigieuse, extrmement riche, abondante. On dit souvent que le vrai gant de luvre, cest la parole. Une autre caractristique importante en est le rire : tout est dit dans le rire et par le rire, ce qui, daprs Rabelais est le propre de lhomme.
Essais

Montaigne

Ce titre cr par Montaigne (1533-1592) est sans prcdent dans la Littrature franaise. Les Essais paraissent en trois ditions qui sont tour tour inspirs par la lecture des Anciens. Deux choses attirent lintrt : la rflexion gnrale sur lhomme et le monde et la rflexion sur ce que lui, Montaigne, reprsente en tant quhomme. La faon dont il parle de lui sans la moindre gne, avec une sincrit mle de modestie et dorgueil la fois, reste unique. Partant de son cas individuel, il sengage rflchir et donner des jugements sur tout ce qui limpressionne : la vie et la mort, la vrit et le mensonge de certaines sciences, les possibilits de comprendre le monde, les faiblesses de lhomme et de la religion, lamiti, linstruction des enfants, les voyages, les affaires, la politique. Il enseigne lart de vivre aisment, mme avec un certain gosme, en prenant la nature pour guide. Son humanisme n'est pas enthousiaste comme celui de Rabelais : il doute de la force humaine et conseille de former le jugement de lhomme pour quil puisse mieux organiser sa vie. Quant ses ides politiques, il est pour lentire soumission au pouvoir du roi.
Les critiques cherchent dans luvre de Montaigne trs riche et trs complexe, la sagesse, le stocisme, lpicurisme, le scepticisme. Mais son grand mrite rside dabord dans lintelligence et lhabilet avec lesquelles, travers sa personnalit, il peint lhomme de la deuxime moiti du sicle, et dans sa volont de trouver une mthode, un art personnel de vivre.
Posie

Ronsard

du Bellay
La posie lyrique occupe de loin la premire place avec le rle majeur jou par la Pliade, un groupe de potes humanistes qui veulent galer les auteurs latins en versifiant en franais. Il runit sept personnes : Ronsard, Du Bellay, Jean Dorat (leur professeur de grec), Rmi Belleau (lequel remplaa, en 1554, Jean de La Pruse, dcd), Étienne Jodelle, Pontus de Tyard et Jean Antoine de Baf.
En 1549 un manifeste est publi, Dfense et Illustration de la langue franaise. Il proclame avec enthousiasme les principes esthtiques dun groupe dhumanistes, la Pliade. Ils sont nouveaux par rapport au Moyen Âge : enrichissement de la langue potique nationale par des emprunts aux dialectes ou aux langues antiques et trangres ou bien par la cration de mots nouveaux ; imitation des Anciens et des Italiens ; conception du pote comme un dmiurge et de la posie comme un art sacr. Les humanistes de la Pliade dfendent la posie du latin et veulent lillustrer par des genres imits ou emprunts. Limitation et les emprunts sont conus lpoque comme un moyen de drober les secrets des trangers pour crer une posie franaise infiniment plus belle.
Le chef incontestable de ce groupe est Pierre de Ronsard (1524-1586). Pote de cour, il connat la gloire de son vivant. Il pratique quatre grandes formes : lode, le sonnet, lhymne, le discours. Ses premires uvres sont marques par limitation des potes antiques et italiens, mais son imagination et sa sensibilit prennent le dessus pour les imprgner dun lyrisme personnel. Il fait lloge de la beaut physique et de la perfection morale de quelques personnages fminins, devenus clbres grce la puissance vocatrice de ses images : Cassandre, Marie, Hlne. Recueils lyriques principaux : Odes (1550-1552), les Amours de Cassandre (1552), les Amours de Marie (1555), Sonnets pour Hlne (1578).
Le pote Joachim du Bellay (1522-1560), auteur du manifeste Dfense et illustration de la langue franaise (1549), fait preuve dun lyrisme profond et vrai. Il se traduit travers quelques thmes : la force destructrice du temps, la beaut et la gloire du pass, la nostalgie pour son pays et ladmiration de la nature. La sincrit est le trait caractristique de sa posie quillustrent les Antiquits de Rome et les Regrets (1558).
La posie engage et philosophique, moins proche de nous, tient cependant une place notable lpoque. Les prises de position religieuse au milieu des conflits de la seconde moiti du sicle se retrouvent dans des pomes aux accents graves, la fois tragiques et piques comme dans les Hymnes (1555-1556), Discours sur les misres de ce temps (1562), ou la Franciade (1572, inacheve), uvres de Ronsard le partisan catholique ou les Tragiques du combattant protestant Thodore Agrippa dAubign (1552-1630).
Des potes de moindre importance ont galement particip ce renouveau de lexpression potique au XVIe sicle, commencer par Clment Marot (1496-1544) qui s'inspire de la tradition du Moyen Âge avant de dvelopper un art plus personnel, fait de lyrisme et de religiosit. Les pomes de Maurice Scve (1501?-1564?) et Louise Lab (1524-1566) chantent, quant eux, les sentiments amoureux avec beaucoup de sensibilit et de matrise de lart potique.
Thtre
Si le dbut du sicle voit se perptuer le thtre religieux du Moyen Âge, la deuxime moiti du sicle est marque par lapparition dun thtre politique (li aux guerres de religion) aujourdhui oubli. Mais, pour cette priode, cest essentiellement un genre nouveau que lon nomme souvent (dun terme maladroit) la tragdie antique qui mrite lattention.

Robert Garnier (1544-1590)

Étienne Jodelle (1532-1573)
Ce renouveau littraire est port par des auteurs comme Étienne Jodelle qui crit la premire tragdie en langue franaise et en alexandrins avec Cloptre Captive en 1552 ou encore Didon se sacrifiant, avant de connatre disgrce et misre. Jodelle fait galement reprsenter la premire comdie, Eugne (1552) : crite en vers, la pice suit des modles italiens et ses traits amusants viennent de la farce.
Robert Garnier (1544-1590) laissera lui aussi des uvres la manire antique : Hippolyte ou Antigone (1580) et surtout les Juives (1583) dont le sujet vient de lAntiquit biblique mais dont lesthtique est bien dans lesprit dAristote. Il inventera galement la tragdie fin heureuse la tragicomdie avec Bradamante en 1582.
Dautres noms mritent dtre cits mme si leurs uvres sont aujourdhui presque oublies : Antoine de Montchrestien (1575-1621) ou encore Alexandre Hardy (1572? - 1632?) auteur prolifique dont on peut citer quelques titres vocateurs de leur sujet antique comme Didon ou Lucrce) ou encore Jean Mairet (1604-1684). Autant de crateurs qui assurent la transition avec le jeune Pierre Corneille (1606-1686) dont la premire tragdie, Mde date de 1635.

Littrature franaise du XVIe sicle





reputation



 
 
 


« | »




12:13 PM.

- - - -

Powered by Alwaha® Version
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Adsense Management by Losha

new notificatio by 9adq_ala7sas
alwahatech.net

~][][ ][][~ || || ~][][ ][][~ || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || ~][][ ][][~ || || || ~][][ ][][~ || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || || || || Adobe || || || || || || MP3 MP4 Ipod Ipad || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || || PSP || EURO || || || || Beijing 2008 || || || || || || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || ( ) || || || || || || || || || || || || 2011 || || || cccam || || || || || EURO 2012 || || ||


RSS RSS 2.0 XML MAP HTML

- -